Titre

La psychologie d’Aristote chez Freud. Essai de psychologie comparée

Auteur Vincent Dallèves
Directeur /trice Prof. Samuel Berthoud
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse L’Esquisse (1895) ainsi que le chapitre VII de L’interprétation du rêve (1900) de Freud offrent un modèle psychologique – sous-jacent à toute la psychanalyse élaborée par la suite – qui présente des analogies frappantes avec les conceptions aristotéliciennes sur la psyché, principalement développées dans le De l’âme et les Petits traités d’histoire naturelle. Ceci peut se comprendre entre autres par le fait que les seuls cours universitaires de psychologie et de philosophie que Freud fréquenta, parallèlement à ses études de médecine, furent ceux du théologien, psychologue et philosophe Franz Brentano, grand spécialiste d’Aristote, dont l’impact de l’enseignement sur le jeune Freud est aujourd’hui mieux connu grâce à son échange épistolaire, au début de ses études, avec son ancien ami de gymnase Eduard Silberstein. En effet, plus d’un élément du paradigme psychologique aristotélicien, qui chez cet auteur s’ancre dans la biologie, semblent trouver écho chez Freud : ainsi, la génération de diverses sortes de représentations au sein de l’appareil psychique par l’investissement des traces mnésiques, chez Freud, fait penser à la production de phantásmata dans l’âme, par le travail de la phantasía sur les mouvements résiduels de la perception sensorielle, chez Aristote. De là, ce sont autant le fonctionnement mnésique, que l’explication des phénomènes du rêve et de l’hallucination, que la compréhension du désir dans sa capacité de mettre en mouvement le vivant animé (c’est-à-dire un être doté d’une âme) qui vont représenter les points d’articulation de cette comparaison. Mots-clefs : Freud, Aristote, psychologie, phantasía, phántasma, Brentano.
Statut terminé
Délai administratif de soutenance de thèse 2014
URL http://www.unil.ch/unisciences/vincentdalleves
LinkedIn
Facebook
Twitter
Xing