Titre

Anomalous self-experiences: Investigating their link with schizotypy and their underpinning neural processes in typically developing adolescents

Auteur Mélodie Derome
Directeur /trice Pr Martin Debbané
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Ce projet de thèse en psychologie clinique s’intéresse aux anomalies de l’expérience de soi (ASE) en lien avec la schizotypie et leurs sous-bassement neurobiologiques à l’adolescence. Les ASE s’expriment à la manière de phénomènes subtiles, observables à l’état non psychotique chez l’individu sain, mais également au cours du prodrome de la schizophrénie. Un grand nombre d’études ont montré que les anomalies relatives au soi sont plus fréquentes chez des individus qui développement des troubles du spectre de la psychose. La schizotypie, quant à elle, représente un trait de personnalité, distribué normalement dans la population générale, qui dans son expression extrême, peut être considéré comme un autre facteur de risque du développement d’une psychose. Dans ce contexte, nous nous pencherons sur le développement de ces deux facteurs de risque, ainsi que de leur potentielle interaction, dans le but de permettre une meilleure compréhension des premières étapes du risque psychotique. Ce projet s’inscrit naturellement dans le récent intérêt de la recherche dirigé vers la détection précoce. La démarche longitudinale et le caractère multimodal des analyses qui seront conduites apportent une force supplémentaire à ce travail de thèse dont le but final est d’étudier les liens entre ASEs certains facteurs développementaux, comportementaux et cérébraux, au sein d’une population d’adolescents au développement typique. Dans l’ensemble de ce projet, une tâche spécifique sera utilisée pour induire les ASEs de manière expérimentale ; la tâche du miroir. La première étude, déjà conduite, a mis en valeur la relation entre anomalies du soi et les réseaux neuronaux au repos, de manière transversale et longitudinale. La seconde étude sera comportementale afin de mieux caractériser et définir les ASEs et leurs spécificités en fonction de l’âge et du genre dans le contexte de la tâche du miroir. Seront également étudiés, leurs liens avec les fonctions exécutives, les comportements externalisés et internalisés et le degré d’anxiété. L’étude suivante investiguera l’intégrité de la matière blanche afin d’étendre la recherche au niveau de la connectivité fonctionnelle. De plus, la mise en place d’une étude en IRM fonctionnelle permettra d’étudier les corrélats neuronaux des anomalies du soi et d’en obtenir une mesure directe. Pour terminer, l’introduction d’une dimension interpersonnelle sera effectué à l’aide de l’adaptation de la tâche du miroir en couple, afin de vérifier si les phénomènes des ASEs peuvent également se reproduire dans une situation interpersonnelle.
Statut en cours
Délai administratif de soutenance de thèse 2019
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing